Accueil     Scénaristes     Scénarios     Magazine     Petites Annonces     Liens
 
     
Accueil > Magazine > Article :

Biographie Cinéma

 


Jacques Prévert

Scénariste français
(Neuilly-sur-Seine, 1900 - Omonville-la-Rogue, 1977)


Poète, scénariste, dialoguiste, auteur de chansons et de contes pour enfants, homme de théâtre, ami des surréalistes et de Picasso, Jacques Prévert est né à Neuilly-sur-Seine à l'aube de son siècle.
Passionné depuis son plus jeune âge par la lecture et le spectacle, il pratique surtout l'école buissonnière et commence à gagner sa vie dès 1915, après l'obtention de son certificat d'études, en faisant différents métiers.
En 1920, il fait son service militaire en France d'abord puis en Turquie où il se lie avec Marcel Duhamel, ami de toute une vie.
Dès son retour, il s'installe à Paris et fréquente le groupe surréaliste (Breton, Desnos, Leiris, Aragon...) mais ne tarde pas à prendre ses distances avec André Breton en passe de devenir lui-même une institution, ainsi qu'avec le parti communiste dont il est sympathisant mais auquel il n'adhérera jamais.

"Le cinéma n'a jamais été muet, il avait tant de choses à dire !"

Dans les années trente, il publie beaucoup de textes et de poèmes dans des revues et collabore au groupe théâtral anarcho-révolutionnaire "Octobre". C'est à cette époque qu'il commence à écrire ses premiers dialogues, notamment pour son frère, Pierre Prévert, metteur en scène qui réalise en 1932 L'Affaire est dans le Sac d'après le scénario d'un hongrois (A. Rathony) dont Jacques signe également l'adaptation.
La collaboration avec son frère Pierre sera longue ; ils fondent ensemble dès 1928 la maison de production Roebuck Films.
En 1934, il adapte anonymement pour le réalisateur Richard Pottier un film allemand de J.A Hübler-Kahla, Si j'étais le patron, qui raconte l'histoire d'un ouvrier qui se retrouve à la tête de son usine et qui développe l'idée chère à Prévert que la valeur des êtres est inversement proportionnelle à leur position sociale.
Cet amour du peuple traverse toute son Suvre littéraire comme cinématographique. On le retrouve dans Un oiseau rare en 1935 où un riche industriel se fait passer pour un pauvre, un garçon du peuple prenant sa place (adapté d'un sujet de E. Kästner). Ce goût pour l'inversion des rôles se manifeste également dans Le crime de Monsieur Lange, toujours en 1935, dont Jacques Prévert écrit les dialogues pour Jean Renoir.

Le principal artisan du "réalisme poétique"

En 1936, après une représentation du groupe "Octobre", Marcel Carné demande à Prévert d'écrire l'adaptation et les dialogues de Jenny. C'est le début d'une collaboration qui durera plus de dix ans et qui donnera naissance aux chefs-d'Suvre que sont Drôle de drame, Quai des brumes, Le jour se lève, Les visiteurs du soir, Les enfants du paradis, Les portes de la nuit, ainsi que La Marie du Port pour lequel Prévert participe, sans toutefois les signer, aux dialogues et à l'adaptation de la nouvelle de Simenon.
Dans tous ces films, le style direct, populaire et apparemment simple de Jacques Prévert décline ses thèmes favoris : la générosité et la grandeur d'âme de personnages issus du peuple confrontés à une société oppressive, la révolte contre les institutions, le rejet des conventions, le poids de la fatalité (qu'on lui a parfois reproché), le rêve, la poésie, l'humour, l'amitié...

Homme de lettres et artiste complet

Pendant tout ce temps, Prévert n'a cessé de publier : "Paroles" (1945), "Histoires" (1946), "Poèmes" la même année, "Contes pour enfants pas sages" (1947), "Des bêtes" (1950)... Son amour pour la littérature est visible dans nombre de ses autres collaborations : Feydeau qu'il a adapté pour Marc Allégret (L'Hôtel du libre échange), Shakespeare dans les dialogues écrits pour Jean Grémillon (Lumières d'été), pour Marcel Carné (Les enfants du paradis), ou encore pour André Cayatte (Les amants de Vérone), Hugo pour Jean Delannoy (Notre-Dame de Paris) ...
Son goût pour le merveilleux en littérature se transpose dans l'adaptation de contes pour enfants d'Andersen : Le petit soldat avec Paul Grimault ou encore La bergère et le ramoneur devenu le magnifique dessin animé Le Roi et l'oiseau toujours réalisé par Paul Grimault. On peut citer également Le petit Claus et le grand Claus mis en scène par son frère Pierre Prévert.
Cependant, son activité artistique ne se limite pas à l'écriture : il est également peintre et multiplie les collages ("Fatras" en 1966, "Imaginaires" en 1970...).

"Quand je ne serai plus, ils n'ont pas fini de déconner. Ils me connaîtront mieux que moi-même !"

En 1974, Picasso meurt et en 1975 c'est Marcel Duhamel qui disparaît à son tour. Prévert, très affecté connaît au même moment de graves troubles respiratoires dus à l'usage du tabac. Il meurt le 11 avril 1977.
Il restera de son Suvre un style irrévérencieux, anticonformiste, reconnaissable entre tous à la scène, à l'écran comme dans ses nombreux textes : ironie, humour, jeux de mots, univers poétique de l'enfance comme en témoignent les trois films écrits pour Christian Jacques (Les disparus de Saint-Agil, L'enfer des Anges et Sortilèges).
L'ironie - toujours elle - voudra que de nombreux collèges et lycées portent aujourd'hui son nom, lui qui aimait surtout l'école buissonnière... La prestigieuse collection de la Pléiade se chargera même de publier cet anticlérical sur papier bible (!) dès 1992, faisant de l'anticonformiste une véritable institution.


----------------
Filmographie

1932 - L'affaire est dans le sac (Pierre Prévert)
1934 - Si j'étais le patron (Richard Pottier) - L'hôtel du libre échange (Marc Allégret)
1935 - Un oiseau rare (Richard Pottier) - Le crime de Mr Lange (Jean Renoir)
1936 - Jenny (Marcel Carné)
1937 - Drôle de drame (Marcel Carné)
1938 - Quai des brumes, d'après P. Mac Orlan (Marcel Carné) - Les disparus de Saint-Agil, d'après P.Very (Christian-Jacque)
1939 - Le jour se lève, d'après J. Viot (Marcel Carné) - L'enfer des anges (Christian-Jaque)
1942 - Les visiteurs du soir (Marcel Carné)
1943 - Adieu Léonard (Pierre Prévert) - Lumières d'été (Pierre Grémillon)
1945 - Les enfants du paradis (Marcel Carné) - Sortilèges (Chistian-Jaque)
1946 - Les portes de la nuit (Marcel Carné) - Aubervilliers (Eric Lotar) - Voyage surprise (Pierre Prévert) - L'arche de Noé (Henri Jacques)
1948 - Les amants de Vérone, d'après Shakespeare (André Cayatte) - Le petit soldat, d'après Andersen (Paul Grimault)
1949 - La Marie du port, d'après G. Simenon (Marcel Carné)
1953 - La bergère et le ramoneur, d'après Andersen (Paul Grimault)
1956 - Notre-Dame de Paris, d'après Victor Hugo (Jean Delannoy)
1964 - Le petit Claus et le grand Claus (Pierre Prévert)
1965 - La maison du passeur (Pierre Prévert)
1980 - Le roi et l'oiseau (Paul Grimault)


Sérine Barbin
(Septembre 2006)
  
1001scenaristes.com - mentions légales - contact

International : 1001scenaristes - 1001screenwriters - 1001guionistas - 1001drehbuchautoren